La burlat

la cerise Burlat

Un peu d'Histoire

 

 

 

 

En 1915, Léonard Burlat est mobilisé dans une usine à Lyon Gerland où il est employé à fabriquer des obus ; il a 43 ans. Près de son usine, un jour de printemps, il remarque dans une haie vive un arbuste sauvage qui porte des fruits. Il revient le voir fin mai et constate avec surprise qu'il porte de belles cerises à maturité et de bon goût. Il pense alors que ce fruit mérite d'être cultivé.

En août, Léonard revient prendre sur ce cerisier souche deux écussons qu'il greffe aussitôt à Loire sur un franc. En 1916, les deux écussons produisent deux rameaux qui, dit-on, n'étaient pas très jolis. En mars 1917, au lieu-dit le Pointu, Léonard utilise les deux rameaux pour greffer en fente double et en place un cerisier franc âgé de 6 ans L'expérience porte ses fruits. Monsieur Burlat est récompensé de sa patience et de sa ténacité.

C'est à partir de ce cerisier-mère qu'il propage le bigarreau auquel il donne son nom. Léonard n'en reste pas là ; il veust s'assurer de la qualité de son bigarreau. Par l'intermédiaire de François Rossignol, expéditeur à Loire, dont le fils est importateur à Londres, il envoie dans cette ville un kilo de Burlat. A son arrivée, le fils de M. Rossignol en prélève une livre et retourne à l'envoyeur la livre restante. Le voyage aller-retour prend 5 jours et le bigarreau revient au pays dans un état de fraîcheur remarquable.

En 1926, Léonard burlat présente ses fruits à la commission permanente des études de la société pomologique de France, qui les classe parmi les meilleurs bigarreaux connus. La variété Hâtif Burlat est consacrée et déclarée intéressante à propager. La notoriété ne se fait pas attendre ; l'arbre-étalon est pris d'assaut et, la nuit, il est dépouillé de ses greffons par de pésumés arboriculteurs. Léonard Burlat, quant à lui, diffuse ses greffons dans une grande partie de la France.

Cette nouvelle variété se fait connaître jusqu'au Japon et, en 1933, un Japonais vient à Loire acheter des greffons qui produiront la Burlat nippone.

En 1951, Léonard Burlat est décoré par la Société pomologique de France pour la valeur de sa découverte (d'après le témoignage des déscendants Burlat).

  • monsieur Léonard BURLAT
  • Le cerisier  Burlat d'origine